La tribu de Papouasie-Nouvelle-Guinée fume les défunts pour préserver leur corps

Partout dans le monde, les rituels de mort et d’inhumation varient selon les différentes cultures. Le modèle occidental “traditionnel” des funérailles est probablement le plus reconnaissable à la télévision et au cinéma. Quel que soit le rituel, la plupart d’entre eux ont en commun l’objectif d’honorer leur défunt. Dans la tribu Dani de Papouasie-Nouvelle-Guinée, leur rituel et leur tradition sont pour le moins intéressants.

Située dans la vallée de Baliem en Papouasie-Nouvelle-Guinée, cette tribu n’enterrerait pas ses proches après leur mort, mais elle les momifierait. Pour la tribu, c’est le signe ultime de respect et d’honneur que de fumer les restes des êtres chers.

Bien que ce ne soit pas le cas aujourd’hui, depuis des centaines d’années, les membres de la tribu Dani ont mis au point un procédé unique qui consiste à fumer le corps de leurs ancêtres décédés afin de le préserver.

pinterest

Le processus de fumage des corps prendrait des semaines, voire des mois à l’occasion et permettrait de préserver les corps de la décomposition.

twitter

Bien que la tribu des Dani ne pratique pas le rituel de momifier les morts, elle s’occupe toujours des momies conservées précédemment par respect et par honneur pour ses ancêtres.

Non seulement les momies sont toujours là par respect, mais elles servent aussi d’attraction touristique. Les touristes viennent du monde entier pour découvrir et observer la culture de ce village caché.

Cet homme détient un parent momifié de 360 ans.

C’est incroyable de voir les différentes traditions des autres cultures et leurs propres versions du respect de ceux qui sont issus de cette vie. Même s’ils ne momifient plus les êtres chers, il est étonnant de voir qu’ils ont conservé des ancêtres momifiés aussi vieux que 360 ans !